Tri : Par hit | Super catégorie : le mangeur - Lost - film
IMAGE Idées, phrases, interprétations ou propositions de textes et d'auteurs. Le tout enrobé de remarques et de constatations, d'arguments et de propos. Un espace en somme...

Catégories : - art contemporain - charlie rose interviews - chuck norris - cory stevens - film - Guitare - je sais pas encore - Les grands comediens - les pires films les plus interessants - le mangeur - Live - Lost - recherche - Useless - Wikisource
Posté par Brandnew - dans la catégorie lost
| Hit (42)
Discuter | Lire (0)



Lost - une autre théorie

Voici un lien qu'on m'a envoyé par rapport à Lost en réaction à mon analyse de la série (cliquer sur la catégorie Lost et vous la trouverez). Je dois dire qu'elle m'a bien remis en question, surtout depuis la saison 4 qui semble en quelque sorte donner raison à l'auteur de la "Timeloop theory".

Le jeu des analyses n'est sans doute pas terminer et il reste encore de nombreux points d'interrogations, mais si la "Timeloop theory" est juste (ou proche de la vérité), on peut dire que la personne qui l'a écrite est vraiment maline. Comme on me l'avait fait remarqué, ma théorie sur "ceux dont le destin n'est pas encore décidé entre aller en enfer ou au paradis" (plus une marge d'incompréhension) est sans doute simplement une façon de tomber dans le panneau. Les scénaristes de Lost ont peut-être sciemment intégrer des références telles celles que j'avais cité pour cacher quelque chose de plus balèze derrière.

Et qui a t'il de séduisant dans la théorie de la "Timeloop" ? C'est qu'elle résoud un problème fondamental qu'il y a dans toutes les théories proches ou lointaines du purgatoire. Essentiellement, cela se traduit par le combat qui existe entre la science-fiction et le fantastique. Si les rescapés dans Lost sont sur une île à caractère divin, on arrive dans le fantastique. Et les auteurs vont tout faire pour éviter ça.

Le fantastique est plus ou moins mort depuis longtemps et c'est la science-fiction qui l'a remplacée. La science-fiction est la suite logique du fantastique dans un monde que la science a démystifié ce dont le fantastique se servait. En réalité, la science-fiction c'est simplement du fantastique avec une utilisation des thèmes que la science (réelle) a avancé. Surtout les recoins un peu sombres (génome, ADN, voyage dans le temps...) qui restent encore mystérieux et avec lesquels il est possible de jouer encore un peu. Par contre, ce que les auteurs de Lost font à merveille, c'est jouer sur la frontière entre fantastique (sans jamais y tomber) et science-fiction. Par exemple, c'est dire

SPOILER SAISON 4 !!! : on a retrouvé l'avion des rescapés de l'Océanic (fantastique car les survivants on sait qu'ils sont sur l'île), mais en fait c'était un coup monté, l'avion a été placé là (retour à la rationnalisation dont la science-fiction a besoin pour vivre).
FIN SPOILER

Et si ce n'est pas parce que le fantastique est mort que les auteurs de Lost ne s'en serviront pas, ils auront eu, ou auront tout simplement, beaucoup de réticences à l'idée d'y tomber. Si comme je le disais, les rescapés vont devenir les hostiles et défendre l'île (et donc le monde divin), le final sera raté. Personne n'acceptera le fantastique car le fantastique est mort et enterré depuis longtemps, la science l'a obligé à devenir de la science-fiction. La série se ridiculisera tout simplement. Et en plus, arrivé à se stade, après 3 saisons complètes, ce serait trop évident.

Voilà pourquoi la théorie de la "TimeLoop" est extrêmement séduisante (sans être parfaite). Je n'avais encore jamais vu les choses comme ça et comme je le disais, la saison 4 porte à penser que la vérité est dans ce goût là.

The Timeloop Theory

Dernière chose, si vous hésitiez à regarder la saison 4, n'hésitez plus. Parce qu'il y a un épisode qui s'appelle "The Constant" et qui est tout bonnement une des meilleurs choses qu'on ait vu à la télévision depuis je ne me rappelle plus quand.

Bonne lecture !
Retour haut


Posté par Brandnew - dans la catégorie Lost
| Hit (66)
Discuter | Lire (0)



Lost


La Rédemption ?


Jusqu'au milieu de la saison 2, je me suis toujours demandé ce qu'il y avait de compliqué à comprendre dans Lost. On m'avait tellement vanté l'état d'incompréhension fascinée du spectateur face aux déboires de "survivants" du vol 815 que je me suis fait une joie de m'avaler les deux premières saisons d'un coup afin d'y déceler ce que les auteurs cachaient derrière leurs métaphores pas si farfelues que cela finalement.

Le Purgatoire



Tout content de m'essayer au jeu de la meilleure interprétation, j'étais sûr de mon coup dès les premiers épisodes (je dis bien j'étais parce que beaucoup de choses sont apparues en chemin). Les survivants n'étaient en fait pas si survivants que cela. Ils étaient même sans doute morts et étaient tombés tout droit dans un Purgatoire moderne (la plage fait directement référence au Purgatoire où Dante se retrouve après avoir quitté les Enfers dans la Divine Comédie). De plus, les pistes lancées par les flashbacks étaient assez nombreuses par rapport au Purgatoire. Cela dit, il ne s'agissait pas entièrement du Purgatoire chrétien où l'âme est purgée de ses péchés avant d'être envoyée au Ciel et d'y recevoir la vision de Dieu (ou non).

Le dilemme moral



La différence entre le Purgatoire chrétien et l'île des Disparus semble se dévoiler à travers le passé de la plupart des personnages. Les flashbacks sont en effet très précis. Il s'agit de dilemmes moraux ou celui qui a péché ne l'a pas fait sans motif vertueux. Kate avait tué son père violent et alcoolique, oui, mais elle l'avait fait par amour pour sa mère. Sayyid a torturé, oui mais il a sauvé aussi et il a aimé. Qui a péché ? Et encore, à ceux qui ont péchés ne doit-on pas allouer le Pardon ? En somme, comment St-Pierre va t'il gérer cette situation ? Doit il les envoyer en enfer ou au paradis ?

Finalement, l'île ne semble pas vraiment être le lieu où l'on se retrouve pour s'expier, mais plutôt une sorte d'erreur géologique qui relie le monde des vivants avec celui des morts. Un endroit entre Terre et Ciel où l'on accède par la mort (ou par un phénomène proche de la Near Death Experience). Mais pourquoi s'y retrouve t'on exactement ? Qu'est-ce qu'il fait que l'on s'y trouve ou non ?

J'interprète les choses comme ceci pour le moment : des passagers du vol 815 , seuls ceux dont le destin n'est pas encore décidé (entre aller en enfer ou au paradis) sont tombé sur l'île.


Ceux qui sont morts dans l'accident d'avion et qui ne sont pas apparus sur l'île le sont parce que la justice divine a su où les emmener. Leur sentence est claire. Les uns en enfer et les autres au paradis.

Mais que faut-il faire avec ceux qui ont pêché mais qui sont si proches du pardon ? Où doit-on les envoyer ? Tant que la question n'est pas résolue par le jugement divin, ils n'auront qu'à rester sur l'île, aux portes du Paradis. Ils y seront testés et étudiés, et ce sera de manière juste qu'ils seront envoyés dans l'un ou dans l'autre.

Différents éléments de l'histoire semblent prouver cette théorie d'un Purgatoire moderne, chrétien sans l'être vraiment.

Le Monstre qui sévit sur l'île semble être celui qui noie les âmes prêtes à partir en enfer. Lorsque dans la saison 3, Mr Eko ne demande pas pardon pour les meurtres qu'il a commis car il clame n'avoir pas péché, il est emmené. En somme, il règle le dilemme moral de tous les Disparus par son explication. Helàs il est alors emporté par cette faucheuse, cette camarde nuageuse et de ténèbres. Pourquoi ? Parce que son sort était réglé. Il n'y avait pas de Pardon à accorder car il n'en a pas demandé.

Le problème des bébés. Aucun enfant ne peut naître sur l'île. La raison devrait tomber sous le sens en suivant cette interprétation. Car ils n'ont rien à faire dans ce Purgatoire moderne. Aucune justice si juste elle se veut ne pourra juger un bébé qui vient de naître. Il n'a à son actif aucun crime vu qu'il n'a encore rien choisit. Il est encore trop loin du libre-arbitre qui s'il permet tout, peut aussi tout droit mener aux enfers.

En enfin, en troisième preuve, il y a bien sûr les dilemmes moraux auxquels font face les Disparus. Ces dilemmes sont traités à travers les flashbacks. Et puis je pourrais citer une bonne partie de détails étranges comme le fait qu'ils ne se rasent jamais, mais bon, ça c'est peut-être plus de l'ordre des contraintes techniques.

Cette théorie est-elle complète ? Pas réellement. D'autres évènements viennent troubler tout cela. D'ailleurs, tous les personnages ne sont pas là à cause d'un dilemme moral. Ils sont quatre au moins. Jack (hanté par la culpabilité), Hurley (maudit par l'équation de Valenzetti), John Locke (hanté par son père) et enfin Rose (atteinte d'une maladie incurable qui a disparu une fois sur l'île) qui n'a semble t'il jamais commis de péché.

Un des personnages les plus parlants est celui de John Locke. Les coups durs qu'il a subi sont légions en comparaison des péchés qu'il aurait pu commettre. Sa souffrance est grande. Et il doit s'en libérer. Il doit se libérer de cette douleur pour atteindre le Paradis dont il est certainement le plus proche. Avec Jack qui est de loin celui qui accepte le moins l'idée de la mort et qui donc ne parviendra pas à monter jusqu'au Ciel. Refusant de comprendre qu'en réalité il n'appartient plus au monde des vivants. Il hante l'île, comme les autres Disparus et il n'est pas encore décidé à la quitter.

Les Disparus sont donc vraisemblablement des âmes perdues. Comme l'indique habilement le logo blanc et louvoyant de "Lost" qui apparait en début et fin d'épisode. Cela veut-il pourtant dire qu'ils sont au Purgatoire parce que leur destin n'est pas encore choisit ? (entre l'enfer ou le paradis)... Hmmm... Pas si sûr.

Par rapport à cela, les Autres semblent occuper une autre fonction. Ils doivent aussi faire comprendre, sans aucun mot (car les survivants doivent le réaliser eux-mêmes), que personne n'a survécu au crash de vol 815. C'est par cette acceptation et aussi par cette libération des fantômes du passés (et donc cette libération de la vie elle-même) que les Disparus arrêteront enfin d'hanter l'île (car c'est bien ce qu'ils font, ils hantent une île qui ne leur appartient pas).

Mais à la fin de la troisième saison, beaucoup d'autres choses sont apparues en chemin. La mythologie s'est éminemment développée. Et c'est là que ça se corse.

La Dharma Initiative



Jusqu'à la saison 2, j'aurais juré que les Autres étaient des anges en quelque sorte, tels les deux émissaires d'Adonaï, envoyés à Sodome et hébergés par Lot dans la Genèse. Une sorte de juges envoyés par Dieu lui-même pour déterminer le taux de péché d'un lieu ou des personnes qui y vivent. Comme le dit le leader des Autres (Benjamin Linus), l'homme pour qui il travaille ne pardonne pas facilement. La référence est biblique. Que ce soit vrai ou non, les Autres travaillent pour Dieu. Peut-être sont-ils fous de le croire, mais en tous les cas, il agissent comme tels. Ou tout simplement, leurs leaders agissent en ce sens. Ce n'est que plus tard qu'on découvre l'existence d'un certain Jacob qui n'est pas encore révélé et qui ne se situe pas sur le même plan d'existence que nous.

Mais l'utilisation du terme Dharma (dans Dharma Initiative) n'est certainement pas anodin. On n'est plus dans la religion chrétienne à présent. En tout cas, plus seulement. On arrive droit dans le bouddhisme (ou l'hindouisme quoique j'en doute car il n'aurait pas le même intérêt par rapport aux idées de la série). Quand Benjamin Linus demande à John Locke de tuer son père, il lui demande de quitter sa propre existence telle qu'il la connait. Il doit se libérer non pas de ses péchés mais de dukkha, la souffrance dont Bouddha enseigne comment se séparer.

Pour l'instant, cette réflexion sur l'utilisation de ce terme n'amène pas bien loin. Si ce n'est qu'on peut supposer que tout n'est pas lié à l'idée de Purgatoire, que le Dieu dont on parle dans Lost n'est pas un Dieu historique mais un Dieu conceptuel, voir le Dieu moral.

Et l'histoire a prit beaucoup de détours. Pourquoi Desmond doit-il appuyer sur un bouton toutes les 108 minutes afin de sauver le monde ? Et pourquoi la Dharma Initiative a t'elle mis cela en place ?

Tout d'abord il vaut mieux bien clarifier une chose. Lost est un roman composé de plusieurs nouvelles. D'ailleurs Lost est avant tout littéraire, c'est même parfois presque du Paul Auster dans sa trilogie new-yorkaise.

Tout n'a pas lieu d'être et chaque nouvelle n'est pas allégorique sur la totalité du récit (même si Léviathan de Paul Auster est parvenu à l'être). Quand on écrit une très longue histoire comme celle-là, il existe une latitude. Une latitude de raconter des bonnes histoires à l'intérieur même du récit. Le thème principal ne change pas mais les nouvelles se permettent une certaine liberté pour peu que tout reste explicable lors du grand final. Le fait que Desmond voit l'avenir n'a pas un intérêt dans l'histoire global et ne cache rien (mais pourra être explicable par la suite et sera sûrement utilisé pour dire qu'il ne faut pas changer ce qui est supposé être comme ça. Autrement dit, ne pas quitter une île où on est supposé être). Ou encore, le fait que les personnages ont des liens dans leur vie avant le crash (qu'ils ignorent) n'a rien de plus qu'un intérêt scénaristique proche du roman et nait sans doute plus d'un amour du récit que d'un sens caché.

Mais revenons-en à cette histoire où Desmond appuie sur ce bouton toutes les 108 minutes. Je dirais à priori qu'il s'agit d'un test de foi. Soit il peut n'être rien de plus qu'une expérience scientifique à la Stanley Milgram, soit il peut être réel. Et on ne peut pas vraiment le savoir jusqu'au moment où on a dérogé à la règle. Je ne suis pas sûr de ce que les auteurs ont caché derrière cette métaphore (si ce n'est qu'elle fait avancer le récit par la suite), mais je dirais qu'il est comme la prière. On ne sait pas si ça marche, mais on n'oserait pas ne pas prier de peur de se rendre compte trop tard qu'en fait, ça marchait vraiment. C'est donc un test de foi tel que nous les connaissons. Tel Abraham à qui Dieu demande le sacrifice de son propre fils.

La saison 3 et la Dharma Initiative amènent beaucoup d'éléments perturbants. En fait, on détient finalement une forme de preuve que cette île à encore un bon pied sur Terre. On peut la contacter, on peut communiquer avec celle-ci. Certains peuvent même aller et venir (se tuent-ils pour cela ? Se mettent-ils en état de Near Death Experience ? On ne le sait pas encore mais ils y arrivent. Autrement dit, qu'y avait-il dans le verre de jus d'orange de Juliet avant qu'elle ne décide d'aller sur l'île ? Un tranquilisant ou un produit létal ?). De plus, des ondes peuvent passer de l'un à l'autre, comme si la porte des deux mondes pouvaient encore communiquer avec l'un et l'autre. Un détail surprenant est celui du sous-marin. Pourquoi doivent-ils s'y rendre en sous-marin ? Faut-il d'abord, tel Dante, emprunté le chemin des Enfers pour y parvenir vivant ?

Benjamin Linus est donc un membre de la Dharma Initiative. Durant sa vie sur l'île en tant que participant à ce projet (qui a trouvé cette île et apparemment parvient à y entrer et à y étudier ces esprits), il pactise avec les hostiles et en devient leur leader, ou une forme de leader car on ne sait pas encore dire s'il est vraiment leur leader (le terme hostile est bien choisit pour parler de l'esprit des morts vu que dans certaines cultures les morts sont considérés comme hostiles aux vivants, les morts-vivants en étant la représentation ultime).

Par la suite, dans un désir fou, il met en place un projet fou. Celui de faire naitre un enfant conçu sur l'île. Un enfant qui, si mon interprétation est juste, ne devrait normalement pas pouvoir naitre. Car l'enfant n'a pas encore de quoi être jugé. Seul l'enfant de Claire, une Disparue amourachée de Charlie le rocker, est venu au monde. Ce qui brise une règle fondamentale dans le fonctionnement de l'île. Mais encore une fois, celui-ci a été conçu hors de celle-ci. Il n'est peut-être pas encore l'élu qui brisera la règle.

La justice



Attendant encore la saison 4, 5 et 6 avant de continuer cette analyse, il y a certaines pistes évidentes jusqu'à présent. Le religieux dans cette histoire occupe une grande place et pourtant il est en fait sans doute plus utilisé comme levier que comme profession de foi. Lost n'est pas une histoire écrite par des Mormons en quête. A mon avis, le point essentiel de Lost est celui du jugement, du bien et du mal, de la justice à travers l'étude de dilemme moraux (mais surtout, car Dieu n'est ici que métaphore, du jugement humain). Cette île existe parce que le jugement divin est juste. Et parce qu'il ne peut pas juger ce qui est bien et ce qui est mal, même s'il ne pardonne pas, tant qu'il n'est pas sûr. Sans doute se cache derrière Lost un profond message de tolérance. Tolérance finement jouée à travers des personnages comme Sayyid, Kate ou Sawyer que l'on peut aimer malgré les monstruosités qui les suivent. Et qu'il y ait un Irakien de la Guarde Républicaine et un Coréen n'est sans doute pas totalement anodin non plus, qui sait ?

Ce qui n'enlève pas le véritable plaisir de cette histoire qui devient peu à peu une véritable mythologie bien construite. Où l'île a son fonctionnement, son administration presque. Et qui permettent encore beaucoup de choses et beaucoup d'histoires à raconter.

Prévisions



Comme ça me plait aussi d'essayer de deviner la suite, je vais me permettre quelques essais de prévisions. Je dirais pour le moment que Les Autres (qui ne sont pas si mauvais que ça) étaient vraiment les gentils. Et que ceux qui vont venir (les scientifiques, ou pire, des militaires !) après avoir été appelés via radio par Jack, vont être une autre paire de manche. Ils feront comme la Dharma Initiative, ils voudront entrer en contact avec les esprits. Ils seront les scientifiques/militaires dans un monde spirituel dont la protection était nécessaire. Dont les portes n'auraient jamais dû être ouvertes. Et par cela, ils mettent non seulement en danger la vie des hostiles (qui sont à présent les rescapés du vol 815) mais aussi la sécurité du monde spirituel, et qui sait, par extension scénaristique, la sécurité du monde divin. Tels des Thanatonautes de Bernard Werber, ils pourraient essayer d'ouvrir la porte du monde des hostiles (de hostiles aux vivants et donc les morts). En cela, quand Desmond devait appuyer toutes les 108 minutes sur son bouton afin de sauver le monde, il n'était pas trahit. Il devait bien effectivement empêcher aux ondes de quitter l'île par une sorte de barrière électro-magnétique. Barrière qui une fois effondrée permet au monde des vivants de recevoir des signaux.

Au final, la bataille va devenir inverse. Les Disparus ne devront plus essayer de s'échapper, mais bien de défendre l'île. Empêcher qu'il soit possible de la rejoindre. En somme, fermer la porte des Deux Mondes. Et y rester pour toujours. Devenir des hostiles eux-mêmes (peut-être sera-ce l'épisode final ou bien plus tôt s'ils ont encore beaucoup de matière à raconter ?).

La complexité viendra aussi du fait que certains pourront décider de partir. Il n'est pas encore certain à cent pour cent qu'on puisse quitter l'île (bien qu'on sache y entrer), malgré le dernier épisode de la saison 3 ou Jack et Kate se retrouvent dans le monde des vivants à nouveau (qui sait ce que ce 'flashforward' voulait vraiment signifier). Si un départ s'avère possible, alors certains devront décider de rester définitivement sur l'île et d'en devenir les protecteurs. Jacob leur racontera leur histoire, comme il l'a fait auparavant pour Benjamin Linus, et ils devront comprendre. Mais pour cela, ils devront aussi sceller leur mort. Un final digne de la Planète des Singes se prépare.


A noter que Jacob n'est sans doute pas pas celui que l'on pense même si rien de concret ne me permet de le prouver, si ce ne sont quelques techniques de réalisations qui ont été utilisées. Jetons un oeil méfiant sur Richard, qui accompagne Benjamin Linus et qui dit à John Locke comment il doit s'y prendre pour tuer son père. Je pense qu'il est en réalité Jacob. Il guide Benjamin Linus dans son leadership qu'il ne souhaite sans doute pas. Une des raisons pour lesquelles ce fameux Richard ne se montre pas en tant que leader vient peut-être du fait qu'il doit laisser le libre-arbitre. Car il doit aussi juger. La scène où Juliet décide de boire le jus d'orange et donc de prendre le tranquillisant est très parlante à ce niveau et sera réutilisée dans un flashback dans les prochaines saisons lorsque Juliet découvrira que Richard est en réalité Jacob. En effet, ce Richard a laissé à Juliet son libre-arbitre. Il a versé le produit devant elle dans son verre, lui a assuré qu'elle pouvait tout plaqué et il n'est donc pas coupable d'avoir peut-être tué cette femme en l'emmenant sur l'île (raison pour laquelle elle ne peut pas revenir). Jacob, en tant qu'ange ou esprit est manifestement capable de voyager entre les Deux Mondes. Et jusqu'à présent, il est le seul à pouvoir le faire.

Si je devais faire d'autres essais de plus petites prévisions, je dirais que Desmond va se retourner contre ceux qui essaient de quitter l'île, malgré l'amour qu'il porte à sa femme, seule personne ayant été apte à capter ces ondes qui sortent de l'entre deux mondes. Il sait par ses visions qu'on ne doit pas changer les choses qui sont supposées être ainsi. Il doit se rallier à Benjamin Linus qui est le gardien de l'île, de son système. Ou alors à d'autres Disparus comme John Locke ou Jack s'il parvient à se libérer de la culpabilité vis-à-vis de son père.

Reste encore une question importante par rapport à la scène où Benjamin Linus a emmené John Locke dans la cabane de Jacob. Quelque chose s'est passé, quelque chose qui brise la frontière entre science et fantastique qui a été si soigneusement construite à travers les scénarii de Lost. Manifestement, Benjamin Linus a joué au Magicien d'Oz. Il n'y avait personne dans cette cabane. Cet évènement paranormal, il a dû le réaliser pour protéger la véritable identité de Jacob. Car personne ne doit savoir qui est Jacob réellement, surtout pas qu'il est en réalité Richard. Pourtant, un évènement à la Shirley Jackson se produit. John Locke entend une voix. Il entend apparemment "Help me!" ('Aide-moi'). Ce que Benjamin Linus n'avait certainement pas prévu. Car cela ne faisait sans doute pas partie de la mise en scène. Tel le Dr Montague dans "La Maison du Diable" de Shirley Jackson, il se passe un évènement fantastique imprévu dans une mise en scène bien réelle. Cette scène pose question. Elle pose même la question de la compréhension globale que Benjamin Linus a de l'île et de son fonctionnement.

Je vais me permettre une dernière prévision très insensée qui n'est basée que sur une connaissance de l'exigence des twists dans un récit. Finalement, si Jacob est seul à pouvoir passer entre les Deux Mondes librement et que l'on a aucune preuve tangible que quelqu'un d'autre soit parvenu à voyager entre ces Deux Mondes, cela voudrait dire que les nouveaux arrivants (les scientifiques ou militaires) qui vont rester sur l'île un certain temps avec les Disparus dans la saison 4 vont peut-être découvrir au bout du compte qu'ils étaient morts eux aussi. Car en fait, personne ne sait passer de l'un à l'autre/ C'est extrêmement improbable car cela poserait mille problème, mais j'y pensais comme ça.

Ces prévisions ne sont qu'un jeu et j'en ferai d'autres à la vision de la saison 4 bien entendu. Mais voyons toujours ce que cela donne.

Si vous avez d'autres idées ou remarques, n'hésitez pas...
Retour haut